Le mode d’alimentation des fourmis est assez complexe et dépend des espèces. Un des éléments impressionnants chez ces insectes dans leur manière de se nourrir est le jabot social. Mais alors qu’est-ce que c’est et pourquoi en ont–elles un ?

Le jabot social : qu’est-ce que c’est ?

C’est principalement un endroit de stockage. Mais un stockage directement intégré dans le corps de la fourmi. Il est constitué par une poche de l’intestin. On le considère comme le deuxième estomac de la fourmi.

Ce deuxième estomac est équipé de manière à pouvoir récupérer la nourriture qui y est stockées au moyen de la trophallaxie. C’est-à-dire que la nourriture est en quelque sorte régurgitée depuis le jabot social vers un autre membre de la colonie.

Un deuxième estomac : à quoi ça sert ?

Le jabot social sert donc à stocker de la nourriture. En effet, dans la fourmilière, chacune son rôle. Certaines fourmis ne sortent quasiment jamais du nid, elles s’occupent majoritairement du couvain. Mais elles ont autant que les autres besoins de manger. Les ouvrières chargées de partir à la recherche de la nourriture se servent donc de ce deuxième estomac pour ramener des victuailles à leurs compères.

Il faut savoir que la plupart des fourmis se nourrissent de liquides (le miellat, produit par les pucerons, en est un excellent exemple). Et transporter de la nourriture sous ce format avec des mandibules, ce n’est pas gagné ! C’est donc un des grands rôles du jabot social.

Quelques informations supplémentaires

Bien que le jabot social soit normalement réservé pour apporter la nourriture à ses congénères, la fourmi a la possibilité d’y puiser ses propres ressources. Ainsi, une fourmi ne se laissera pas mourir de faim. C’est un peu comme si elle avait une boîte à goûter de secours !

Certaines fourmis n’ont pas de jabot social. C’est le cas, par exemple des Messor, les fourmis granivores. Les graines, solides, se déplacent facilement avec les mandibules. Comme les graines peuvent se stocker à l’intérieur même du nid, les fourmis granivores font des réserves directement accessibles à l’ensemble de la population. Plus besoin de jabot social, c’est donc plus de place pour un seul estomac et des réserves personnelles !

Conclusion

Ce deuxième estomac est vraiment un élément anatomique fascinant que possèdent nos petites fourmis. Si vous avez l’occasion d’observer vos fourmis en trophallaxie, vous verrez qu’elles peuvent partager de la nourriture à plus d’une personne d’un coup ! Incroyable n’est-ce pas ?

N’hésitez pas à nous partager vos expériences et connaissances autour du jabot social et des trophallaxies. Et si vous avez de belles photos de cet événement à nous partager, ce sera avec plaisir !