Sélectionner une page

Les fourmis sont des insectes extrêmement bénéfiques pour le jardin : elles participent à l’aération des sols, elles accompagnent la pollinisation des plantes et surtout elles nettoient le jardin des nuisibles et des cadavres d’insectes et petits rongeurs. Alors, on a besoin d’elles dans le jardin mais on a rarement envie de les retrouver dans notre sucre ou noyées dans le pot à confiture. Voici quelques conseils pour les empêcher de rentrer chez vous tout en les gardant dehors.

Un garde-manger juste pour elles

Si les fourmis s’aventurent jusqu’à votre maison, alors que c’est un espace de grand danger pour elle, c’est qu’elles ne trouvent plus assez de ressources pour se nourrir dehors. La meilleure solution pour les garder à l’extérieur c’est de leur permettre de trouver ces ressources sans avoir besoin de rentrer chez vous.

Concrètement, pas besoin de trop vous embêter : elles se contenteront aisément de reste de fruits mûrs, de fond de sirop, etc… Au lieu de jeter vos miettes à la poubelle, placez-les sur leur chemin (facilement visible car elles font de longues lignes lorsqu’elles recherchent de la nourriture), ainsi, vous limiterez les risques de les retrouver dans votre maison.

Supprimez leurs traces

Après avoir mis en place leur petit garde-manger dans le jardin, n’hésitez pas à faire un bon coup de nettoyage désinfectant de leur piste. Lorsque les fourmis ont trouvé un bon lieu de recherche de nourriture, elles tracent une piste de phéromone pour que leurs congénères retrouvent facilement l’endroit. Normalement, avec le nouveau garde-manger plus près et plus sécure que vous leur avez installé, elles abandonneront rapidement cette piste pour la nouvelle. Mais, afin de vous assurer qu’elles n’y retourneront pas du tout, vous pouvez effacer la piste avec un coup de nettoyage.

Pour se faire, laver les endroits où vous avez observez l’entrée des fourmis dans votre maison : rebord de fenêtre, terrasse, etc… L’eau javellisée de votre serpillère sera très efficace, mais un coup d’eau et de vinaigre pourra également suffire. L’important c’est de cacher, voire de faire disparaitre tout trace de phéromone.

Une barrière naturelle

Si vous n’êtes pas convaincu ou que rien n’a véritablement fonctionné, envisager un anti-invasion. Les anti-invasions sont exactement la même chose que les anti-évasions dont on se sert pour garder nous fourmis dans leurs nids artificiels : ils ne leur font pas mal mais utilisent leurs caractéristiques pour placer une barrière naturelle qui les empêchera de franchir certains obstacles.

Les pattes des fourmis peuvent s’accrocher à de nombreux supports, mais certaines matières les font glisser et elles ne peuvent plus avancer. C’est le cas par exemple du talc qui est énormément utilisé chez les myrmécophiles. Une fois que les fourmis ont marché dans du talc, elles n’arrivent plus à escalader les surfaces verticales. La craie et le plâtre possède des propriétés similaires au talc, c’est pourquoi vous pouvez mettre en place une barrière naturelle aux entrées de votre maison qui empêchera les fourmis d’y accéder.

Conclusion

Vous avez désormais tous les outils pour apprendre à vivre en accord avec les fourmis de votre jardin ! Protégez ces petits êtres qui sont si importants dans le fonctionnement biodynamique de nos espaces verts tout en les empêchant de vous envahir. Développez les comportements vers une cohabitation respectueuse entre l’ensemble des êtres vivants, c’est l’avenir !