Nous voici pour une deuxième partie de l’analyse des programmes de cycle 1 au travers de l’étude des fourmis en classe. Ici nous allons parler d’un des axes évoqués lors de l’introduction : l’école maternelle comme un cycle unique et fondamental pour la réussite de tous.

Dans le cadre de ce grand axe de l’école maternelle, l’objectif est de respecter l’élève dans son individualité tout en lui apprenant à faire partie d’un groupe avec des droits et devoir. Nous allons voir comme l’étude des fourmis peut intervenir dans cet objectif.

Les élèves du cycle 1 sont des enfants qui découvrent un nouvel univers : l’univers scolaire, c’est pourquoi les programmes incitent à tenir compte de cette nouveauté pour l’élève pour le guider sans le brusquer dans ce nouvel environnement. Parmi les points cités pour répondre à cet objectif, voici ceux qui peuvent intégrer l’élevage d’une colonie de fourmis.

Une école qui s’adapte aux jeunes enfants

L’école maternelle propose aux enfants de laisser une place à leurs parents car ils n’ont jamais été séparés de ceux-ci. L’objectif est qu’ils arrivent à se détacher petit à petit de leurs parents pour faire la différence entre les différents milieux dans lesquels ils évoluent (école, maison, …). La présence d’une colonie de fourmis dans la classe peut être un des centres d’intérêts vers lequel l’enfant emmène ses parents, il pourra ainsi expliquer à ses parents ce qu’il fait de ses journées en racontant ce que les fourmis ont fait, ce qu’il a observé, …

La colonie pourra aussi servir d’élément de transition : lorsque l’enfant dira bonjour à la colonie, ce sera aussi le moment de dire au revoir à ses parents, à l’inverse, quand ses parents viendront le chercher, ce sera pour lui le moment de dire au revoir à la colonie. Ainsi chaque milieu aura un point d’attache qui le représente. En observant les fourmis durant le temps d’accueil, l’enfant ressentira moins le besoin d’avoir ses parents près de lui car il aura déjà un point d’intérêt qui lui captera son attention.

La présence constante et sur une longue durée des fourmis dans la classe permet à l’enfant de se développer à son rythme car il peut aller les observer quand il veut pour se poser des questions et réfléchir. Sa curiosité sera ainsi stimulée par la présence d’êtres vivants en constante action et évolution. Il développera également son langage lorsqu’il fera part de ses observations et questions aux personnes qui l’entoure (enseignant, parents, pairs, …)

Une école qui organise des modalités spécifiques d’apprentissage

L’école maternelle tient également compte des spécificités des enfants de cet âge en organisant les modalités d’apprentissage autour des capacités et besoins de ces enfants. L’une de ses modalités est d’apprendre en réfléchissant. La présence d’une colonie de fourmis dans la classe accompagne vers cette réflexion en permettant les observations et les réflexions individuelles et communes. La présence d’un centre d’intérêt concret et observable dans la classe aide les enfants à s’engager dans l’apprentissage car ils peuvent visuellement prendre conscience de ce sur quoi ils réfléchissent et des conséquences de leurs actions.

Une école où les enfants vont apprendre ensemble et vivre ensemble

En allant à l’école maternelle, l’enfant apprend et comprendre la fonction de l’école : il doit apprendre à s’intégrer comme membre d’une classe avec un rôle, des droits et des devoirs vis-à-vis de ses pairs et de l’enseignant. La colonie peut l’aider dans cet apprentissage car il aura sa place dans les observations et réflexions autour de la colonie et un rôle dans le fait de s’occuper des fourmis. Il comprendra ainsi que chacun doit pouvoir dire ce qu’il pense, en respectant la parole des autres, et que chacun doit pouvoir s’occuper de la colonie à tour de rôle.

C’est donc l’occasion de se construire comme une personne singulière : il aura la place d’affirmer son point de vue et ses observations sur a colonie et aura le droit de se situer sur les actions qu’il souhaite effectuer concernant la colonie. La présence d’être vivant dans la classe, c’est la possibilité de dire si on aime ou pas, si on a des animaux à la maison ou pas, si on aurait envie d’en avoir d’autres ou pas. Ce sont des aspects nécessaires à prendre en compte pour que l’enfant apprenne à se définir comme un individu et pas uniquement comme un membre d’un groupe qui agit selon le groupe.

Conclusion : la colonie de fourmis comme canal des apprentissages transversaux de l’école maternelle

Au travers des trois grands aspects que nous avons évoqués, l’enfant effectue des apprentissages transversaux. C’est-à-dire qu’il apprend des comportements et connaissances qui ne sont pas spécifiques à une discipline. Au contraire, ces apprentissages s’inscrivent plutôt dans la vie quotidienne de l’enfant, qui deviendra élève puis adulte tout en conservant ces apprentissages.

A l’école maternelle, il est fondamental que l’enfant fasse ces apprentissages. Pour lui faciliter la prise de conscience, l’utilisation d’un canal concret est très important. En effet, ces apprentissages transversaux sont du domaine de l’abstrait. Leur donner des point d’accroche dans le monde concret de l’enfant les rendent plus abordables et compréhensibles. La présence d’une colonie de fourmis dans la classe peut tout à fait remplir ce rôle de canal.

De notre point de vue, plus l’enfant comprendra ce qu’il apprend, plus ces apprentissage seront durables !