L’appellation « fourmis pot de miel » est une vulgarisation pour évoquer la gestion alimentaire de certaines fourmis. Lesquelles et comment ça marche, c’est ce que nous allons voir !

Qu’est-ce qu’une fourmi « pot de miel » ?

Génétiquement, les fourmis se sont développées en genres et en espèces. Différents facteurs les ont amenées à développer des capacités et des comportements propres à chaque espèce. Le comportement des fourmis à miel est une de ces différenciations génétiques.

Beaucoup de fourmis se nourrissent de liquides, en particulier le miellat (produit par les pucerons). Pour manipuler ces liquides, elles utilisent le jabot social. Certaines fourmis, probablement car elles n’avaient pas la possibilité de se nourrir tout au long de l’année, ont développé leur jabot social de manière à faire des stocks. Celui-ci s’étend ainsi dans tout leur abdomen, permettant une vaste réserve.

Un rôle spécifique

Dans la colonie, certaines fourmis sont uniquement dédiées à ce stock. Elles s’accrochent au plafond de la fourmilière et y reste en tant que réservoir. Les autres ouvrières viennent, par trophallaxie, les remplir ou puiser de la ressource. Toute leur vie, elles seront donc accrochées au plafond pour permettre de maintenir l’ensemble de la colonie dans de bonnes conditions nutritionnelles.

Quelles espèces sont des fourmis « pot de miel » ?

Plusieurs espèces sont concernés par cette évolution génétique. Tout d’abord l’ensemble du genre Myrmecosystus, mais aussi un taxon du genre Camponotus, et certains taxons du genre Leptomyrmex. Il est possible que certaines espèces d’Australie et d’Afrique du Sud soient également des fourmis à miel.

Des fourmis… bonbons ?

Dans certains pays, ces fourmis sont considérées comme de véritable friandise. En effet, les liquides qu’elles contiennent est très sucré. Leur taille, une fois le gastre étendu, correspond à la taille d’un petit bonbon. C’est pourquoi, en Australie par exemple, les aborigènes repèrent les nids pour trouver les fourmis « pot de miel » et s’en délecter.

Petit point d’attention

Il faut bien noter que les « fourmis à miel » ou « pot de miel » ne produisent ni ne consomment de miel ! Elles stockent dans leur abdomen une grande quantité de liquide sucré, mais il s’agit plutôt de miellat, un liquide produit par les pucerons.

Conclusion

Ces espèces de fourmis ne se trouvent pas en France mais leur comportement est assez intéressant à observer. Si vous avez eu l’occasion d’en voir ou d’en élever, n’hésitez pas nous faire part de votre expérience !