Les fourmis fonctionnent en colonie : un individu unique n’a pas d’existence en tant que tel. C’est comme une cellule de votre corps qui voudrait fonctionner indépendamment, sans le soutien des autres cellules, elle serait vouée à disparaître. Pour les fourmis donc, l’individu c’est la colonie et les cellules ce sont les fourmis.

Petite note spéciale éducation : quand j’ai expliqué cet aspect à des enfants, certains ne comprenait pas encore la notion de cellule, en revanche vous pouvez leur faire comprendre en faisant la comparaison avec les parties du corps, par exemple « Si on détachait ton oreille de ton corps, est-ce qu’elle fonctionnerait toute seule ? Est-ce qu’un bras pourrait faire autant de choses s’il était tout seul sans le corps rattaché ? ». Si cela ne paraît pas évident à tous, ce sera l’occasion de les faire réfléchir et argumenter entre eux jusqu’à ce que tout le monde ait bien compris ce point : vous travaillerez ainsi l’oral avec les enfants, un point à ne pas négliger, quelque soit l’âge.

L’identité de la colonie

La colonie a donc une identité propre : comme un être humain, elle a ses spécificités, sa personnalité. Pour en avoir eu plusieurs d’une même espèce à la maison, certaines ont plus peur que d’autres, elles investissent la fourmilière de manière différentes les unes des autres, elles ne développent pas les mêmes castes de fourmis. Comme pour un être humain, dont le fonctionnement dépend uniquement du cerveau, la colonie dépend d’un élément : la reine (ou gyne). La gyne est le membre de la colonie qui est capable d’engendrer de nouvelles fourmis, en somme, de fabriquer de nouvelles cellules. C’est grâce à elle que la colonie grandit et devient de plus en plus capable d’explorer le monde.

Le genre des fourmis

La majorité des fourmis ne sont pas sexuées, les gynes font parties des seule que l’on peut définir comme des femmes. D’où le fait qu’on les appelles aussi « gyne », du grec « femme ». Elles ne deviennent des gynes que lorsqu’elles ont été fécondés par un mâle, un « garçon ». C’est à ce moment-là qu’elles se lancent dans la fondation leur colonie. Avant cela, elles vivent dans leur colonie mère jusqu’aux « essaimages ». Les essaimages c’est un vol nuptial au cours duquel les futures gynes (appelées aussi « princesse ») et les mâles s’envolent, grâce aux ailes qu’ils ont dès la naissance, afin que les mâles fécondent les futures gynes pour leur apporter le matériel génétique nécessaire à la fondation. A la fin de ce vol, les nouvelles gynes se posent sur le sol, arrachent leurs ailes et commencent la fondation de la colonie dans un endroit où elles se sentent en sécurité.

Les ouvrières présente génétiquement le genre féminin mais ne sont pas capable de se reproduire, ce sont donc toutes des filles mais elles ne peuvent pas faire de bébé.

Monogyne ou polygyne ?

La plupart des espèces sont monogyne, c’est-à-dire qu’une colonie n’a qu’une seule gyne. Cependant, chez certaines espèces, au moment de l’essaimage, plusieurs gynes se regroupent pour fonder ensemble une colonie, on les appelle donc colonie polygyne. Mais attention, ne tenter pas de mettre ensemble des gynes sans être certains qu’elles sont de la même espèce et que leur espèce peut fonctionner en polygyne : les deux gynes risqueraient de se battre jusqu’à la mort de l’une d’elles.

Espérance de vie

Une fois que la colonie est fondée, la gyne peut vivre plusieurs dizaines d’années en faisant naître de nouvelles fourmis (principalement des ouvrières mais aussi des mâles et des princesses). Elle peut choisir quel type de fourmi elle engendre selon les besoins de la colonie : besoin de se nourrir (petites ouvrières), besoin de se protéger des ennemis (ouvrières plus grosse aussi appelée soldat), capacité à créer de nouveaux sexués, etc…

Conclusion

Une colonie est une élément plein de richesse : elle grandit plus ou moins vite selon sa capacité à produire de nouvelles fourmis, selon l’environnement dans lequel elle se développe, … C’est un fonctionnement sociétal extrêmement intelligent et complexe avec une organisation très structuré pour un fonctionnement optimal : installation du couvain dans des zones attitrées selon l’état de celui-ci, rangement de la nourriture dans des zones attribuées, etc… Au sein d’une colonie, les fourmis meurent et naissent très rapidement, c’est l’occasion de découvrir et d’observer le cycle de la vie dès la maternelle (Explorer le monde : le vivant). C’est un enrichissement personnel et éducationnel que de comprendre l’entité que forme la colonie et son fonctionnement unique.

Sources

http://www.myrmecofourmis.com

https://eduscol.education.fr/

Cet article vous a plu ? Nous avons à cœur de vous apporter ces informations gratuitement, sans vous noyer dans les publicités. En échange, cela nous ferait très plaisir si vous jetiez un œil à notre gamme de fourmilières conçues et fabriquées en France par nos soins !